Bodie ville fantôme

Pendant 20 ans, Bodie aura attiré les chercheurs d’or après la découverte de la première pépite en 1859, transformant le camp minier en une ville de 2000 bâtiments et 6000 habitants, mais la plupart d’entre eux sont vite partis faire fortune ailleurs et en 1920, il ne restait plus que 120 habitants et 200 bâtiments. En 1962, ce qu’il restait de la ville fantôme avait besoin d’être protégé contre le vandalisme et Bodie devint Bodie State Historical Park.

Le parc était fermé quand nous sommes arrivés donc nous avons décidé de passer la nuit sur le parking à 3km de l’entrée. La route principale était à 20km et les seules voitures que nous avons vues venaient de Bodie. Probablement des touristes qui rentraient chez eux, nous avons pensé. Rien de plus. Le soleil venait de se coucher quand un vieux pick-up s’est arrêté sur le bas-côté. Il est resté là deux minutes avant de reprendre la route. Probablement un employé du parc qui vérifie notre plaque d’immatriculation avec la police, nous avons pensé. Rien de plus. Sauf qu’il est revenu cinq minutes plus tard se garer juste à côté de nous. Nous avons fait comme si de rien n’était, toujours en train de lire dans nos sacs de couchage, en attendant que le type sorte de sa voiture. Il est resté dans son pick-up pendant cinq bonnes minutes, sans bouger, avant de repartir. En temps normal j’aurais trouvé la situation un peu inquiétante mais avec la ville fantôme à proximité j’ai vite repensé à tous ses films d’horreur dans lesquels les acteurs sont découpés à la tronçonneuse. Malgré tout, nous avons bien dormi et le lendemain matin nous attendions que la ville ouvre ses portes avec impatience.

Quand je pensais à Bodie, je nous imaginais seuls, Lukas et moi, regardant à travers les fenêtres brisées et explorant les vieilles maisons, avec pour seuls bruits ceux du vent et de nos pas. Un peu comme dans l’ancienne aciérie de Kladno. Au contraire, l’affluence de touristes fait de Bodie un parc d’attractions plutôt qu’une ville fantôme. De plus, quelque chose me semblait bizarre, sans trop savoir de quoi il s’agissait exactement. En faisant plus attention, je me suis rendue compte que certaines maisons avaient des rideaux tirés  et semblaient en meilleur état. J’ai réussi à jeter un coup d’oeil dans l’une d’elles et ai aperçu une cuisine moderne. Apparemment Bodie est encore partiellement habitée, et pas que par des humains; le sol des maisons abandonnées était couvert de crottes de lapins.

Même si j’ai beaucoup aimé Bodie, je dois avouer que j’étais un peu déçue que la ville ne soit pas aussi ‘fantôme’ que je l’imaginais. J’aurais malgré tout eu droit à mon moment fantomatique quand deux corbeaux se sont posés brièvement sur le toit d’une vielle usine, leurs croassements vite remplacés par leurs battements d’ailes alors qu’ils s’envolaient vers le désert.